La sédentarité et l’inactivité physique, un problème sociétal

inactivité physique

La sédentarité et l’inactivité physique, un problème sociétal

L’inactivité physique est un facteur de risque que les ressources humaines prennent en compte dans leur stratégie QVCT. En effet, depuis la crise sanitaire, la digitalisation du travail s’est amplifiée. Aujourd’hui, les salariés passent le plus clair de leur temps assis. À noter que l’inactivité se produit lorsqu’un individu ne respecte pas les recommandations de l’OMS. En d’autres termes, quand un salarié ne se dépense pas au moins 30 minutes par jour. Ce mode de vie peut conduire à des problèmes graves de santé, d’où le fait de prendre des dispositions pour veiller à la santé des collaborateurs.

L’inactivité physique, un fléau dans le monde du travail

L’être humain est programmé génétiquement pour bouger et se dépenser tous les jours. Il n’est donc pas surprenant que l’OMS ait invité en 2020 tous les Français à maintenir une activité physique tous les jours malgré le confinement. Malheureusement, au travail, il est difficile pour un salarié de se dégager du temps pour faire du sport. Une surcharge de travail constante, une pile de dossiers à traiter, être en sous-effectif à cause de la crise sanitaire… Voici tous ces éléments qui peuvent contraindre le salarié à négliger sa forme physique.

Pourtant, si on ne prend pas en compte les recommandations de l’OMS, des risques existent :

  • AVC de 30%
  • Diabète de 30%
  • Hypertension artérielle de 50%
  • Cancer de 25%
  • Infarctus de myocarde d’environ 25%

Des études ont prouvé que lorsqu’un salarié reste 6 à 7 heures de temps assis en continu, il encourt des risques pour sa santé. D’ailleurs, en France, pas moins de 11 millions de personnes souffrent de maladies chroniques ou d’ALD en lien avec ce mode de vie. Il est donc important de prendre des mesures très rapidement pour inciter les salariés à changer leurs habitudes. C’est un problème sociétal qui touche toutes les générations et tous les secteurs d’activité.

inactivité physique

Conseils pour lutter contre ce mode de vie

C’est indéniable, il faut bouger pour rester en bonne santé. Tous les employeurs devraient sensibiliser leurs salariés à ce sujet. Un salarié en mauvaise santé est un salarié peu productif et peu performant. Une baisse de performance individuelle peut impacter négativement la performance collective. Des mesures doivent être prises pour améliorer la qualité de vie des salariés et leurs conditions de travail. Quelles sont ces actions à privilégier ?

  • Proposer des challenges sportifs : Pour inciter les salariés à pratiquer du sport, il faut que l’activité soit ludique et motivante. Quoi de mieux que des challenges ou des défis sportifs pour y parvenir ? Ce sont des animations sportives qui ont le mérite de fédérer les équipes et de maintenir en forme.
  • Planifier des séances de sport : Le coaching sportif fait partie des actions principales à mettre en place. Les salariés pourront suivre des séances qui répondent à la fois aux enjeux de l’entreprise et à leurs besoins. Au programme : cours d’endurance, de cardio, de renforcement musculaire et de musculation.
  • Installer des emplacements pour les vélos : Bouger tous les jours passe par le fait de changer son mode de transport aussi. En allant au travail à vélo, cela permet de se maintenir en forme et en bonne santé. Certains salariés évitent à cause du manque d’espace de stationnement pour vélo.

Stoppez la popularisation de l’inactivité physique en prévoyant un espace forme directement dans votre entreprise. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *